ENTORSE DU POUCE - LESION LIGAMENTAIRE DU POUCE

 

L’entorse du pouce est une lésion fréquemment retrouvée en pathologie de la main et en particulier en chirurgie. Elle survient dans un contexte traumatique, le plus fréquemment dans les loisirs sportifs. Entorse classique du skieur ou à vélo (VTT). Elle survient par un retournement du pouce. En général, c’est la dragonne du skieur ou le guidon qui percute le pouce et entraine cette déformation. 

Cette lésion entraine une rupture partielle ou complète du ligament collatéral du pouce. Il s’agit de façon quasi exclusive du ligament collatéral interne appelé également ligament collatéral ulnaire du pouce.

Les symptômes décrits par le patient peuvent aller d’une simple sensation d’étirement à un craquement audible. On retrouve un gonflement de l’articulation métacarpo-phalangienne. Cette articulation devient ensuite le siège de douleurs intenses. Un hématome de la base du pouce est classique, l’importance de cet hématome jusqu’à la base de l’ongle est un signe de gravité. 

Il convient de souligner l’importance de la gravité de cette entorse. Cette distinction est faite en fonction de la stabilité de l’articulation.  Si l’articulation est instable, cela correspond à une rupture ou un arrachement complet du ligament collatéral interne. Dans cette situation, il existe une laxité plus importante du pouce atteint  par rapport au côté controlatéral, il s’agit alors d’une entorse grave. Ce diagnostic est fait lors de l’examen clinique médecin, mais peut également être constaté par le patient lui-même avec une perte de force de la pince pouce index, une impossibilité de tenir un stylo ou un guidon de vélo. A contrario, si l’articulation est stable, il s’agit d’une entorse bénigne.

 

Le plus souvent, une simple radiographie est nécessaire. Elle permet de s’assurer de l’absence de fracture associée, de luxation ou d’arthrose. Il est fréquent de retrouver un petit arrachement osseux sur l’une des insertions du ligament, correspondant à un arrachement du ligament collatéral interne et donc une entorse considérée comme grave. Une échographie peut parfois être réalisée afin de diagnostiquer  un déplacement important du ligament au-dessus de la dossière de l’extenseur du pouce ce qu’on appelle un effet Stener.

Traitement de l'entorse du pouce

En cas d’entorse bénigne, le traitement est une simple immobilisation pour une durée de 6 semaines. Cette immobilisation est réalisée par une attelle sur mesure permettant une éventuelle rééducation précoce avec une kinésithérapeute.

En cas d’entorse grave, c’est-à-dire une rupture complète du ligament collatéral interne et une laxité de l’articulation métacarpo-phalangienne, le traitement est chirurgical.  Il existe une indication opératoire car l'évolution naturelle est la laxité chronique (l’articulation ne « tient » pas) qui favorise avec le temps la survenue d’arthrose de l’articulation métacarpo-phalangienne. En effet, l’anatomie de ce ligament collatéral interne fait qu’en cas de rupture complète il lui est difficile de cicatriser. L’intervention chirurgicale, consistant à suture ou réinsérer le ligament, est donc nécessaire pour obtenir une articulation stable. Cette opération doit être réalisée dans les 15 jours suivant le traumatisme. Passé ce délai, le ligament se rétracte rendant sa suture impossible. Il est alors nécessaire de réaliser une ligamentoplastie, c’est-à-dire de reconstruire un nouveau ligament  à l’aide d’un tendon prélevé au poignet.

L’intervention est réalisée en ambulatoire, le plus souvent sous anesthésie locorégionale. Les suites sont constituées d'une attelle thermoformée pour une période de 4 à 6 semaines entrecoupée de séances de rééducation immédiates quotidiennes pour éviter les adhérences et de l'interdiction du port de charges lourdes pour une durée de 45 jours.

Les complications chirurgicales sont très rares et non-spécifique  (infection, hématome, trouble de cicatrisation, algodystrophie, etc...)

 

Suites post opératoires - évolution

Un traitement antalgique post opératoire suffit pour soulager efficacement le patient rapidement.

80% du résultat escompté est obtenu en termes de force, mobilité et diminution des douleurs à 3 mois environ (en l'absence d'algodystrophie) avec un résultat définitif aux alentours de 1 an post opératoire. L’obtention d’une pince pouce index stable et forte est obtenue entre 6 et 12 semaines.

Il peut parfois persister un léger gonflement et une petite raideur séquellaire dans les suites, non gênants pour les activités quotidiennes, secondaires à un épaississement du ligament collatéral interne cicatrisé.

La reprise du sport est autorisée à 3 mois post opératoires éventuellement plus tôt avec une attelle spécifique.