Paralysies nerveuse

On définit une paralysie par la perte d’activité d’un ou plusieurs muscles. Les paralysies dites neurologiques peuvent être d’origine centrale (lésion du cerveau ou de la moelle épinière) ou périphérique (=lésion d’un nerf). 

Les lésions nerveuses périphériques sont d’origines diverses, parmi lesquelles on trouve des causes :

- Traumatiques : Par section, arrachement ou distension des fibres nerveuses

- Compressives : Par une lésion tumorale ou par un passage une arcade fibreuse/aponévrotique

 

Il existe différentes façons de traiter une paralysie nerveuse périphérique. Le traitement s’appuie toujours sur les capacités de récupération du nerf atteint. Le traitement est donc fonction de l’origine de la lésion ainsi que de sa gravité. Il convient également de distinguer le traitement de la cause (levée de la compression par exemple) et de la conséquence (la paralysie). 

La plupart des traitements s’appuie sur le phénomène de repousse nerveuse : Lors d’une réparation nerveuse, le nerf va se régénérer et repousser pour atteindre les organes terminaux (muscles ou peau) au rythme d’environ 1mm par jour. Cette capacité de régénération est fonction de l’âge du patient, du délai de prise en charge et de la consommation tabagique.

Les résultats de ces traitements sont donc variables. Il est parfois impossible de revenir à la fonction antérieure, mais le traitement aura toujours pour but de restaurer la fonction perdue. Parmi ces possibilités thérapeutiques on retrouve :

 

-La neurolyse : ce traitement consiste à libérer le nerf d’une cause compressive. La récupération nerveuse pourra alors être spontanée.

 

-La résection-greffe nerveuse : A l’image d’un câble électrique avec une zone abimée, il est possible de d’enlever la lésion nerveuse (=névrome) et de greffer un nerf prélevé à distance pour compenser cette zone réséquée. C’est l’image du pont électrique entre 2 fibres.

 

-La neurotisation : Lorsque la lésion ne permet pas de réaliser un pontage, on utilise un nerf sain que l’on sectionne et que l’on rebranche sur la fibre nerveuse dont on veut restaurer la fonction. L’objectif est donc d’utiliser un nerf sain dont la perte aura un minimum de séquelles pour restaurer une fonction majeure (flexion du coude par exemple).

 

-Les transferts musculo-tendineux : Ce traitement est réservé aux lésions sans possibilité de récupération du nerf. Il consiste à libérer les attaches d’un ou plusieurs muscles et de les fixer sur d’autres zones d’insertion afin de changer leur fonction. Par exemple il est possible d’utiliser un tendon fléchisseur du poignet pour restaurer l’extension des doigts dans les paralysies du nerf radial.